À nouveau de très bons chiffres sur le plan de la sécurité pour skeyes

À nouveau de très bons chiffres sur le plan de la sécurité pour skeyes

Le prestataire de services de navigation aérienne enregistre une nouvelle fois d’excellents résultats annuels

Jeudi 4 avril 2019

Chez skeyes, tous les collaborateurs ont à chaque instant le même objectif : la sécurité du trafic aérien. Cela a toujours été le cas, mais ces dernières années, l’entreprise a encore investi davantage, non seulement dans les systèmes (100 millions d’euros entre 2014 et 2019, dont une majeure partie dans des projets liés à la sécurité), mais aussi dans les procédures et les ressources humaines. Ainsi, rien qu’à la Safety Unit, les effectifs sont passés au nombre de 14. skeyes prend la sécurité très au sérieux.

La Just Culture, en vigueur depuis plusieurs années déjà, est un facteur important dans la politique de sécurité chez skeyes. Chaque incident signalé indique comment il est possible d'éviter des incidents similaires à l'avenir. Mesurer, c'est savoir. Plus il y a de données à analyser, plus on peut en tirer des leçons pour le futur.

Johan Decuyper, CEO : « Nous constatons une légère diminution du nombre de signalements. C'est pourquoi nous continuerons à encourager nos contrôleurs aériens à signaler chaque incident. Le principe de Just Culture est crucial à cet égard. Les contrôleurs aériens doivent pouvoir signaler chaque incident avec la certitude qu'il n'y aura aucune sanction pour des erreurs humaines non intentionnelles. Je réitère donc explicitement notre demande au Ministre de la Mobilité en vue de prendre un Arrêté royal qui ancre le principe de la Just Culture et crée un cadre juridique à cet effet. »

La politique de sécurité de skeyes porte clairement ses fruits. Ces dernières années, skeyes a toujours été en mesure de présenter de bons résultats lors de la safety meeting. L'année 2016 a été la meilleure de toute l'histoire de l’entreprise puisqu’aucun incident de catégorie A ou B n'y a été enregistré pour lesquels la responsabilité de skeyes était engagée. L'année 2017 fut la deuxième meilleure année avec un seul incident de catégorie A et trois incidents de catégorie B. En 2018, skeyes fait tout aussi bien avec les mêmes chiffres que l'année précédente. Compte tenu de l'augmentation du nombre de mouvements aériens en 2018, le résultat est même un peu meilleur que l'année passée. L’objectif est évidemment de ne jamais avoir d'incidents, mais malheureusement, le risque zéro n’existe pas non plus dans le contrôle aérien.

Johan Decuyper : « Une fois de plus, nous pouvons nous targuer d'excellents résultats en matière de sécurité grâce au travail effectué par nos contrôleurs aériens, ainsi que par tous les services de support. Nos efforts communs dans le domaine de la sécurité sont un encouragement à faire au moins aussi bien chaque année et à viser le même résultat que celui de 2016. »

Mais ce qui est frappant dans les chiffres est la hausse du nombre d’incidents avec des drones. A l'étranger, des incidents beaucoup plus importants se sont déjà produits. skeyes a pris plusieurs initiatives pour tenir les drones à l’écart des aéroports et pour mettre en place des procédures si des incidents devaient néanmoins se produire.

Johan Decuyper : « Les conditions ont été resserrées tant pour les vols de drones civils que ceux organisés par l'État dans l'espace aérien contrôlé. En collaboration avec les exploitants aéroportuaires et les services de police, nous allons tester un certain nombre de systèmes de détection de drones dans les mois à venir. Entre-temps, nous avons déjà élaboré la 'rogue drone procedure’, qui définit les actions que nos contrôleurs aériens doivent entreprendre si un aéronef sans pilote est détecté. En coopération avec des partenaires spécialisés, nous continuons à rechercher des solutions technologiques de plus en plus performantes pour détecter et éloigner les drones. »

Les chiffres en détail

L’année 2018 fut la deuxième meilleure année dans l’histoire de skeyes avec un seul incident de catégorie A et trois incidents de catégorie B.

En 2018, les contrôleurs aériens de skeyes ont signalé 1.489 évènements.

Dans seulement 5,5% des cas (soit 83 signalements sur un total de 1.489), skeyes porte au moins une responsabilité partielle : 61 fois pour des incidents de catégorie E (‘sans impact sur la sécurité’) et 17 fois pour des incidents de catégorie C (‘significatif’). Le grand nombre d'incidents de catégorie E montre bien la prise de conscience quant à l'importance de signaler des incidents.

Types d'incidents

En 2018, 93 violations de l’espace aérien civil contrôlé (Airspace Infringement) ont été enregistrées. Il s’agit d’avions qui sont entrés sans autorisation dans un espace aérien contrôlé ou qui n’ont pas respecté les conditions liées à une autorisation. Ce phénomène concerne principalement l’aviation sportive et récréative.

Dans 47 cas, la séparation entre les avions était insuffisante (dans la majorité des cas sans impact sur la sécurité).

45 incursions de piste ont été relevées, c’est-à-dire qu’un avion, un véhicule ou une personne se trouvait involontairement dans la zone protégée d’une piste utilisée pour le décollage ou l’atterrissage.

Le nombre de drones (Remotely Piloted Aircraft System) signalés dans l’espace aérien contrôlé continue de croître : d’un seul signalement en 2014 à 10 en 2016, 15 en 2017, 31 en 2018.

En revanche, le nombre d’incidents liés à des pointeurs laser est en diminution ces dernières années. L’année dernière, 83 incidents ont encore été signalés.

 


Alain Kniebs skeyes - Spokesperson
Dominique Dehaene skeyes - Communication Manager & Spokesperson

 

Corporate Performance
A propos de skeyes

skeyes assure la sécurité et l’efficacité du trafic aérien en Belgique, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les contrôleurs aériens de skeyes guident plus de 3.000 avions chaque jour, soit plus d’un million de mouvements de vol par an. L’entreprise publique autonome est active au cœur de l’Europe, dans un des espaces aériens les plus denses et complexes du continent. skeyes est présente à Brussels Airport ainsi qu’aux aéroports d’Anvers, de Charleroi, de Courtrai, de Liège et d’Ostende. Grâce à son centre de contrôle CANAC 2, skeyes gère les mouvements de vol au-dessus de la Belgique et d’une partie du Luxembourg jusqu’à une hauteur de 7.500 mètres (*). L’entreprise compte près de 900 collaborateurs expérimentés qui sont au service de leurs clients : compagnies aériennes, aéroports, secteur aérien et autorités. skeyes développe également des services innovants en ce qui concerne les drones et contribue à un avenir durable du secteur aérien, entre autres en matière d’environnement. 

skeyes est membre du FABEC, un bloc d’espace aérien commun (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Allemagne, France et Suisse) dont le but est d’améliorer l’efficacité de la navigation aérienne au cœur de l’Europe dans le cadre du Ciel unique européen. 

www.skeyes.be

(*) L’espace aérien supérieur des pays du Benelux et de l’Allemagne du Nord-Ouest est géré conjointement par le centre EUROCONTROL de Maastricht. 

skeyes
Tervuursesteenweg 303
1820 Steenokkerzeel
Belgique