Belgocontrol teste les CDO à Charleroi et Liège

A partir d’aujourd’hui les pilotes de certaines compagnies aériennes pourront atterrir par la procédure CDO aux aéroports régionaux de Charleroi et de Liège. Une période de test doit démontrer si cette procédure est applicable en permanence sous certaines conditions.

Lundi 2 janvier 2017

Lors d’une CDO (Continuous Descent Operations), un avion suit une ligne descendante constante en phase d’atterrissage, nécessitant moins de puissance des moteurs et une consommation moindre. Et donc des rejets de CO2 moins importants et moins d’émissions sonores, comparé à une descente en palier. Cette procédure d’atterrissage est déjà utilisée en partie, le but de ces tests étant de la formaliser et de l’utiliser le plus souvent possible sans évidemment compromettre la sécurité.

Une étude approfondie a été exécutée au préalable en collaboration entre Belgocontrol, les aéroports concernés (BSCA et Liège Airport), les autorités compétentes (SPW, la SOWAER et l‘ACNAW) et certaines compagnies aériennes qui se sont portées candidates pour participer au projet (Ryanair, TUI et Wizzair à Charleroi ; ASL et TUI à Liège).

La procédure CDO formelle sera dès à présent testée par les compagnies aériennes impliquées jusqu’à la fin du mois d’août. Pendant cette période, Belgocontrol offrira à leurs pilotes la possibilité d’atterrir en CDO si les conditions (météo, densité du trafic,…) le permettent. Si ces tests s’avèrent positifs, la procédure serait installée en permanence et pour toutes les compagnies aériennes à partir de la fin de cette année.

Les tests permettront aussi de faire une estimation de l’impact sur l’environnement de la mise-en-vigueur des CDO : combien de fois la procédure pourra-t-elle être appliquée, combien de carburant peut être épargné par atterrissage, quelle est la réduction des rejets de CO2, quels sont les effets en termes d’émissions sonores, … ?

Johan Decuyper, CEO de Belgocontrol : « Belgocontrol veut pleinement jouer son rôle sociétal. Nous nous préoccupons fortement de l’aspect écologique de nos activités.  Les CDO sont pour nous un moyen important pour réconcilier les intérêts économiques du secteur de l’aviation et leur impact sur l’environnement des aéroports. Nous explorons dès lors toutes les possibilités qui peuvent améliorer les conditions de vie des riverains, en étroite collaboration avec nos partenaires dans le secteur aéronautique. »
A propos de skeyes

skeyes assure la sécurité et l’efficacité du trafic aérien en Belgique, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les contrôleurs aériens de skeyes guident plus de 3.000 avions chaque jour, soit plus d’un million de mouvements de vol par an. L’entreprise publique autonome est active au cœur de l’Europe, dans un des espaces aériens les plus denses et complexes du continent. skeyes est présente à Brussels Airport ainsi qu’aux aéroports d’Anvers, de Charleroi, de Courtrai, de Liège et d’Ostende. Grâce à son centre de contrôle CANAC 2, skeyes gère les mouvements de vol au-dessus de la Belgique et d’une partie du Luxembourg jusqu’à une hauteur de 7.500 mètres (*). L’entreprise compte près de 900 collaborateurs expérimentés qui sont au service de leurs clients : compagnies aériennes, aéroports, secteur aérien et autorités. skeyes développe également des services innovants en ce qui concerne les drones et contribue à un avenir durable du secteur aérien, entre autres en matière d’environnement. 

skeyes est membre du FABEC, un bloc d’espace aérien commun (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Allemagne, France et Suisse) dont le but est d’améliorer l’efficacité de la navigation aérienne au cœur de l’Europe dans le cadre du Ciel unique européen. 

www.skeyes.be

(*) L’espace aérien supérieur des pays du Benelux et de l’Allemagne du Nord-Ouest est géré conjointement par le centre EUROCONTROL de Maastricht. 

skeyes
Tervuursesteenweg 303
1820 Steenokkerzeel
Belgique